Demode

Sache que je sais que tu me trouves démodé. Mais une poule aveugle trouve aussi son grain. C’est comme Romain Polanski quand il amène sa meuf au ciné. Donc cette nuit-là laisse-toi faire démoder. Chaque gars aime se vanter de ses réussites de grand baiseur dans sa jeunesse. Y a-t-il quelqu’un qui a compté combien de fois il a aimé en vain ? Loua, loua, lé ! Echouement, dépassement, le tireur se réjouit. Echec, mon frère car de toute façon tu frapperas du troisième coup. Rien à foutre pour les deux grenades perdues. Loua, loua, lé ! Trois fois en blanc-un seul coup, le poker, le plat chaud de sarmas… Forcément, le voyageur de passage se sent bien. On ne prévoit pas les pets collatéraux et le hoquet. La poule aveugle oublie immédiatement la poussière avalée et le picotement futile, Dès qu’elle attrape une graine un peu plus grasse. Loua, loua, lé ! Donc, cette nuit-là lasse-toi faire démoder. Que les rimes moisies font des petits miracles. Car l’opprimé seul connaît la saveur douce de la liberté. C’est comme Woody Allen quand il amène sa meuf au ciné. Loua, loua, lé (loua, loua, lé)… je suis démodé. Loua, loua lé (loua, loua, lé)…un peu démodé. Le gardien songe de dégager et de lober l’équipe adversaire pour marquer le but. Mais s’il tente souvent, il finira dans la deuxième ligue communale. Loua, loua, lé ! Toute la famille nombreuse suce heureux gagnant quand il tipe la combine au pari sportif. Personne ne compte les tickets jetés, la cirrhose, la névrose, l’avitaminose… Le napperon fait à la main sur la radio, le bidet, la vitrine, les fauteuils joliment décorés, les armoires… Mais personne ne sait que tout au long de la matinée la mamie visait la cible Pour percer la tête de la goupille avec le fil. Loua, loua, lé ! Donc, cette nuit-là lasse-toi faire démoder. Que les rimes moisies font des petits miracles. (loua, loua, lé) Car l’opprimé seul connaît la saveur douce de la liberté. (loua, loua, lé) C’est comme Romain Polanski quand il amène sa meuf au ciné. Loua, loua, lé (loua, loua, lé)… je suis démodé. Loua, loua, lé (loua, loua, lé)…un peu démodé.

Katarina Knežević